Avant-propos ...

 

Je ne suis pas écrivain, mais seulement l'interprète (unique, hélas) des compositions de Lucas, et je n'aurais jamais pu reconstituer seul les détails si précis des derniers jours de Lucas et Saïd. De plus, ce récit a été rédigé en à peine 39 soirées, avec les scènes qui s'enchaînaient naturellement et les dialogues qui coulaient de source ; j'avais la nette sensation que "quelqu'un" m'inspirait, voire me dictait, tard le soir lorsque j'étais bien réceptif ; je n'ai pas cherché à comprendre, et j'ai obéi, en toute confiance, comme Lucas faisait avec Saïd ... C'est ainsi que les derniers chapitres, qui m'ont beaucoup étonné, peuvent être considérés comme ce que ces deux jeunes auraient voulu dire, ou souhaité qu'il se passe après leur départ de ce monde ...

Entre-temps, Lucas et Saïd sont encore "avec nous" et notamment au coeur de tous ceux qui souffrent de ne pas être assez aimés. Dominique, lui, a vécu au 19e siècle, et a passé les 15 ans de sa courte existence à entourer de son affection tous ceux qui en avaient un énorme besoin, particulièrement les jeunes, solitaires ou laissés pour compte ; aujourd'hui encore, il reste prêt à les aimer, avec Lucas et Saïd.

Certaines preuves d'affection exigées par le jeune Saïd ne devraient pas trop choquer, tout au plus pourraient-elles surprendre les lecteurs un peu prudes des générations précédentes ; nous ne sommes pas que des purs esprits et il ne faudrait pas exclure la composante physique des êtres et les en culpabiliser, du moins aussi longtemps qu'il s'agit bien d'affection sincère et non de la satisfaction de son égoïsme ...

Puisse un jour le lecteur connaître ou partager, lui aussi, le bonheur de Lucas et Saïd ... pour l'Eternité ...